www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
21 juin 2011

La France championne d’Europe du soutien scolaire privé

Le soutien scolaire privé dont la France est championne d’Europe, est en plein essor, révèle un récent rapport remis à la Commission européenne. Un marché peu réglementé, qui bénéficie surtout aux élèves les plus privilégiés et qui risque d’exacerber les inégalités.

Le soutien scolaire privé se développe partout en Europe et « risque de maintenir et d’exacerber les inégalités » s’alarme un rapport commandé par la Commission européenne, pointant un marché peu réglementé, bénéficiant aux élèves privilégiés et dont la France est championne d’Europe. Titrée “Le défi de l’éducation de l’ombre. Le soutien scolaire privé et ses implications pour les décideurs politiques dans l’UE”, l’étude met en lumière les principaux ressorts et les dangers d’un phénomène largement répandu dans la plupart des États membres. Course aux résultats scolaires, pression sur les familles, comme sur les enfants, alimentée par la compétition sociale sont autant de marqueurs identifiés par son auteur Mark Bray, chercheur en éducation comparée à l’université de Hong Kong. Le soutien scolaire privé ne s’est pourtant pas développé de la même façon partout, précise l’enquête. Traditionnellement répandu au sud de l’Europe, il s’est fortement développé dans les nouveaux États membres d’Europe centrale et orientale, « où le déclin du pouvoir d’achat des enseignants a été une raison majeure qui a conduit à l’expansion d’une éducation parallèle dans les années 90 ». les pays d’Europe du nord, où la qualité de l’enseignement public semble satisfaire les attentes des familles, sont en revanche moins affectés par le phénomène.

La France en tête

Tout en haut du palmarès, on trouve la France, avec un marché du soutien privé de 2,2 milliards d’euros (chiffres de 2007), suivi de l’Allemagne, entre 1 et 1,5 milliard, la Grèce et l’Espagne. « Certains gouvernements de l’UE octroient des allègements fiscaux aux familles qui investissent dans le soutien scolaire ; la plupart des familles qui bénéficient de ces allègements sont relativement aisées. » souligne l’étude. Et de fait, défiscalisation (50% du prix des cours déduits des impôts) et chèque emploi service ne sont sans doute pas pour rien dans la croissance en France, d’un secteur dominé par quelques grands groupes bien connus.

Avertissement sans frais

Ce soutien privé, partout présent en Europe, bénéficie d’abord et surtout aux enfants et aux jeunes issus des milieux favorisés. Il ne « consiste pas tant à offrir un soutien à des élèves ayant réellement besoin d’une aide qu’ils ne peuvent pas trouver à l’école, que de maintenir les avantages concurrentiels des élèves privilégiés qui réussissent déjà  » déplore l’étude. Et les décideurs politiques, s’ils continuent à fermer les yeux, risquent bien « de maintenir et d’exacerber les inégalités (...) » insiste Mark Bray. Un avertissement qui semble écouté, à défaut d’être entendu, puisque le directeur général “Éducation et culture” à la Commission européenne Jan Truszczynski, préface ainsi le rapport : « briser le silence sur ce phénomène peut être une étape importante de notre effort pour améliorer l’éducation européenne et les systèmes de formation. » Acceptons en l’augure !

Lire :
- le rapport de Mark Bray (en pages 9 et 10, un résumé en français)

 

13 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.