www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
29 août 2011

Rentrée syndicale : Sous le signe de l’éducation

Budget de l’Education nationale, suppressions de postes, réforme de la formation, charge de direction, scolarisation des élèves en situation de handicap : à l’occasion de sa conférence de presse de rentrée le SNUipp a fait le point sur la situation de l’école, avançant ses propositions et rappelant l’appel à la grève du 27 septembre.

« En cette rentrée, nous voulons clairement affirmer que l’investissement en direction de l’école doit devenir une règle d’or pour notre pays ». C’est en ces termes que le secrétaire général du SNUipp-FSU a introduit hier jeudi 25 août la conférence de presse de rentrée du syndicat. Une allusion claire aux mesures annoncées la veille pas le Premier ministre pour réduire le montant de la dette publique dans le droit fil de celles déjà mises en œuvre depuis 2008, qui ont pour conséquences d’affaiblir toujours davantage le service public, celui de l’éducation en tête. Le SNUipp a d’ailleurs présenté « Pour l’école, pour notre métier, on ne doit pas se priver », un document téléchargeable sur le site du syndicat et qui résume les leviers, les propositions du SNUipp, pour transformer l’école.

Journée de grève dans l’éducation le 27 septembre

« Seul le cycle de suppressions de postes ne connaît pas la crise », a ironisé Sébastien Sihr, soulignant que « l’école est soumise à un véritable plan d’austérité depuis 4 ans ». Et de rappeler les conséquences de cette politique : 9 000 suppressions de postes dans le premier degré à la rentrée, la fermeture de 1 500 classes, la chute de la scolarisation des moins de trois ans, la disparition de 600 postes supplémentaires de RASED, l’impossibilité d’assurer sérieusement les remplacements, la réduction du nombre d’intervenants en langues vivantes, la réduction des moyens alloués à la formation continue… Souhaitant inscrire l’année scolaire nouvelle « sous le signe de l’éducation », le SNUipp estime que « ce n’est pas un hasard si la première mobilisation de cette rentrée soit pour l’école ». Toutes les fédérations de l’Education nationale appellent en effet à une journée de grève le 27 septembre, on comprend pourquoi.

PES : des conditions toujours calamiteuses

Le secrétaire général du SNUipp a par ailleurs présenté un sondage réalisé par CSA sur les français et leur perception de l’école, montrant à quel point l’éducation demeure dans le contexte budgétaire actuel un des principaux sujets de préoccupation. Le SNUipp a également insisté sur trois dossiers prioritaires. Pour ce qui concerne la formation initiale, selon lui « le ministère n’a pas tiré les enseignements d’une mise en œuvre calamiteuse de la première année de la réforme de formation ». Le syndicat a d’ailleurs décidé d’écrire une lettre à Luc Chatel attirant son attention sur les mauvaises conditions d’entrée dans le métier des PES.

Handicap : du nouveau mais…

Il a par ailleurs souligné les difficultés auxquelles sont confrontés les enseignants en matière de scolarisation des enfants en situation de handicap du fait notamment de la stagnation du nombre d’AVS-i, de la précarité des emplois et du fiasco rencontré par le dispositif de reprise des AVS arrivant en fin de contrat. L’annonce suite aux assises nationales du handicap de 2 000 contrats AED est perçue « comme un premier pas ». Mais on n’en est pas au stade d’une véritable professionnalisation de ces emplois et leur nombre reste insuffisant.

Direction : je réponds quand j’ai le temps

Autre dossier chaud, celui de la direction et du fonctionnement de l’école dont la situation est particulièrement « critique » en cette rentrée en raison de la multiplicité des tâches, du manque de temps, du non renouvellement de l’aide administrative. Le SNUipp estime à « 6 000 le nombre d’écoles qui ont perdu leur assistance administrative ». « La coupe est pleine » a lancé Sébastien Sihr qui a demandé en juin au ministre l’ouverture de négociations sur ce dossier. « Sans réponse du ministère, nous lançons un mot d’ordre pour tous les directeurs et directrices : je réponds quand j’ai le temps ». Il leur demande de privilégier avant tout le travail qui concerne directement les élèves.

 

10 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.