www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
3 avril 2012

Aides différenciées en grande section : Le SNUipp interpelle le ministre

Dénonçant le caractère affligeant des exercices proposés par le ministère pour la mise en place d’un dispositif d’aides différenciées en grande section, le SNUipp lui demande de produire les études sur lesquelles il fonde son analyse.

Le SNUIpp a écrit hier lundi 2 avril une lettre au ministre de l’Education nationale dans laquelle il ne masque pas ses inquiétudes à l’égard du nouveau programme « d’aides différenciées » qui devrait entrer en vigueur à la prochaine rentrée pour les élèves de grande section (lire snuipp.fr du 29 mars). S’agissant des premiers outils relatifs à la phonologie, « Nous nous interrogeons sur le fondement scientifique des activités composées d’ « observations- évaluations » et d’ exercices de « renforcement » souligne-t-il notamment. Il estime en effet que « les exercices d’aides proposés aux élèves de grande section relèvent d’une conception affligeante des apprentissages, issue pour l’essentiel des années 1970 et aujourd’hui abandonnée ».

Des exercices qui laissent pantois

Et d’en donner quelques exemples qui laissent pantois… Selon le programme, il suffirait de « refaire et répéter » quand l’élève échoue. Il suffirait aussi d’associer les dessins d’une « rue » et d’un « banc » pour que l’élève trouve le mot « ruban ». « Tout cela n’est pas très sérieux » note sans un brin d’humour le SNUipp. Dans ces cas là, on sait à qui va profiter ce type d’exercices. Comment croire que ce programme va contribuer à aider les élèves en difficulté ?

Des travaux issus de la recherche ? Prouvez-le Monsieur le ministre !

Du côté du ministère, on affirme pourtant que ce dispositif est le fruit d’un consensus scientifique issus de la recherche.«  Mais de quels travaux s’agit-il ? Quelles cohortes d’élèves ont été étudiées ? Et avec quels résultats concrets pour ceux notamment qui sont en difficultés ? » interroge le SNUipp. C’est donc en toute logique que ce dernier demande dans son courrier que le ministère publie ces recherches, et leurs résultats concrets. Pour le SNUipp, « les apprentissages sont une affaire sérieuse. Ils doivent s’appuyer sur des travaux de recherche reconnus et validés et non sur des parti-pris idéologiques et aventureux. »

 

38 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.