www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 septembre 2012

Compte-rendu de la RIS Lyon 2,3,7,8.

Suite à la présentation du rapport Debardieux les collègues, très massivement, indiquent une dégradation des conditions de travail, une augmentation des pressions, du stress, de la fatigue. Ils se plaignent de l’absence d’une médecine du travail, et reprochent aux organisations syndicales de ne pas beaucoup intervenir sur la question. A propos de l’institution, ils déplorent le manque d’information de la hiérarchie : les salariés concernés ont les informations sur les projets concernant l’école en même temps que les usagers et les citoyens par la presse. Pour ce qui est du débat concernant la refondation de l’école primaire le groupe a choisi de traiter d’abord le problème des rythmes. La majorité ne souhaite pas un allongement de la pause méridienne (actuellement 2h) et revendique la suppression de l’aide personnalisée. Si l’on doit passer à 5 jours, les collègues souhaitent finir à 15H00, mais les collègues de maternelle soulignent le peu d’intérêt de cette solution pour les élèves qui font une sieste en début d’après-midi. Tous les collègues trouvent les programmes actuels trop lourds pour les 4 jours de 6 heures. Une refonte est nécessaire. Ils réclament une réduction des effectifs par classe, jugés trop lourds. Quand on parle de rythme, il apparaît nécessaire de différencier le temps des élèves de celui des enseignants sinon le problème est insoluble. Il se pose donc là le problèmes des postes, de manière à avoir plus de prof que de classes… Après débat, les collègues votent très majoritairement pour le maintien d’une semaine de 4 jours (39 personnes) car ils craignent une dégradation supplémentaire de leurs conditions de travail si les élèves viennent 5 jours à l’école avec le mercredi. Les garantis que cette journée de classe supplémentaire améliore leurs conditions de travail leurs semblent très hypothétiques. Ils anticipent également sur la recrudescence de la fatigue des élèves qui continueront à être à l’école les autres jours de 8h à 16h30 ou plus. Sur le débat concernant les personnels, tous les collègues revendiquent de meilleures conditions d’exercice du métier, une meilleure reconnaissance, avant une augmentation de leur salaire. Au vu de la crise, beaucoup de collègues ne se sentent pas à l’aise pour de telles revendications. Un débat a eu lieu concernant l’homogénéisation des conditions de rémunération et de temps de travail pour les enseignants 1er et le second degré d’autant que maintenant, le niveau de recrutement est identique (18h par semaine devant élève, prime ISO, …). En fin de réunion a été abordé le problème des animations pédagogiques qui sont à public désigné ou obligatoires et qui ne permettent pas de véritable individualisation du temps de formation. Les collègues se jugent infantilisés par leur hiérarchie. Les collègues se plaignent aussi des relations avec leur hiérarchie qui les déconsidère ou les « flique ». La proposition est faite par le SNUipp d’accompagner une délégation de collègues afin de rencontrer Mme Cognet, IEN Lyon 2/7.

Vaulx en Velin - Décines

Le compte rendu en cliquant ici.

Villefranche

Une RIS à la hauteur des besoins avec une participation qui est passée d’une dizaine de personnes ces deux dernières années à une cinquantaine de participants. Les enseignants étaient satisfaits d’avoir enfin pu s’inscrire sur Anim 69. Concernant la refondation de l’école, plusieurs points ont été abordés :

➢Concernant les conditions de travail des enseignants : Le changement de rythmes est une vraie préoccupation pour les collègues de Villefranche. Ils s’inquiètent du manque de précision du projet :
- Qui va gérer les enfants lors de la pause méridienne ? Et à la fin des cinq heures de classe ? Cela se traduira-t-il par une sollicitation des enseignants ? Par une obligation faite aux enseignants ? Le risque n’est-il pas de voir une dépendance croissante de l’école vis-à-vis des municipalités ? Qu’adviendra-t-il du temps des animations pédagogiques ?...
- Des doutes sont exprimés sur un réel allègement du temps de l’enfant en fonctionnant à 4 jours et demi.
- Un besoin de clarification semble nécessaire et les collègues souhaitent que leur temps de travail, hors la présence des élèves soit pris en compte. Ils disent la nécessité d’avoir du temps pour travailler en équipe, pour accueillir les élèves en situation de handicap, pour les directeurs… ➢Concernant la maternelle : Il est nécessaire de revoir les effectifs à la baisse afin de scolariser tous les enfants dans de bonnes conditions, nécessité de revoir les programmes et de supprimer les évaluations sous leur forme actuelle afin de redonner à la maternelle toute sa spécificité. ➢L’aide personnalisée : Tous les enseignants sont d’accord pour dénoncer l’AP sous sa forme actuelle. Cette aide devrait pouvoir se faire sur le temps de classe afin de ne pas ajouter du temps de travail aux élèves en difficulté, élèves pour qui la journée est déjà longue et difficile. Le dispositif plus de maîtres que de classe pourrait-il y contribuer ? ➢Les devoirs à la maison : Les avis sont partagés, certains pensent qu’ils permettent une implication des familles dans la scolarité de leur enfant, d’autres qu’ils sont source de conflit et que tous les enfants ne sont pas « logés à la même enseigne ». Si les enseignants de Villefranche avaient un message à envoyer au ministère, ce serait :
- Prenez en compte les besoins des élèves, consultez les avis des professionnels et oubliez les intérêts économiques.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.