www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 octobre 2015

Mobilisation sur Vaulx en Velin : les enseignants sont entendus !

Compte-rendu de l’audience du 8 octobre 2015 du SNUipp avec Mme La Maire et des représentants de l’Inspection Académique.

Les enseignants de Vaulx en Velin se sont mobilisés tout le mois de septembre pour alerter quant à la dégradation de leurs conditions de travail sur la commune : absences non remplacées des Atsems, postes non pourvus, temps partiels non complétés, agents d’entretien non recrutés, occupation des classes par le périscolaire, enfants épuisés et donc plus disponibles pour les apprentissages, pas de clef fournie aux enseignants pour pénétrer dans l’école, communication inexistante ou difficile entre la mairie et les directeurs, absence d’informations sur les changements impactant le fonctionnement des écoles, périmètres scolaires mobiles ... Cela rejoignait certaines préoccupations des parents d’élèves et des personnels municipaux qui ont rejoint les rassemblements du 21 et 28 septembre. Les collègues des écoles vaudaises étaient prêts à aller à la grève pour signifier à leur employeur leurs difficultés de fonctionnement sur la commune auxquelles se rajoute le problème des effectifs scandaleux des REP+ du rhône. Notre département se classe en effet bon dernier avec une ouverture de classe actée à plus de 29 élèves par classe. La mairie et l’IA ont pris la mesure des inquiétudes des enseignants et ont accepté la demande d’audience du SNUipp. Les représentants du SNUipp étaient accompagnés de la secrétaire du CHSCT. Ils ont obtenu des garanties sur plusieurs points.

1er point : les Atsems

- La mairie nous a assuré que les contractuelles Atsem qui donnaient satisfaction à l’issue de leur période d’essai, auraient un contrat jusqu’au 31 août.

- La mairie a décidé d’embaucher un emploi aidé par école pour suppléer aux absences ponctuelles. La Direction Générale réfléchit en outre à un dispositif satisfaisant pour le remplacement des congés maladie avec la nécessité de définir un délai de carence. La mairie nous a expliqué qu’elle n’était pas satisfaite du système actuel de remplacement par des contrats d’insertion.

Commentaire du SNUipp : Nous avons réaffirmé que la mairie organisait la gestion des personnels comme elle l’entendait et que la règle d’une ATSEM par classe à temps plein était une excellente chose. Mais les personnels devaient être effectivement là. La "réorganisation" décidée par la mairie avait été est longue et pénible, la première période de l’année scolaire s’achève et l’ensemble des équipes n’est toujours pas opérationnel.

2ème point : les risques psycho-sociaux.

Nous avons mis en avant la difficulté des directeurs pour communiquer avec la mairie ou obtenir des infos ou des réponses à leurs questions. L’impression de dévalorisation, de non prise en compte a été aussi évoquée. Nous avons ajouté que le rythme du périscolaire provoquait de la fatigue chez les enfants et de l’excitation et par voie de conséquences rendaient plus difficiles les conditions d’enseignement dans des territoires où les effectifs sont les plus hauts de France, malgré un classement en REP+. Nous demandons si une jauge ne pourrait pas régler le problème de surconsommation en régulant le nombre d’enfants.

Réponses de la mairie :
- Mme La Maire a affirmé sa volonté d’aboutir à une relation apaisée avec les enseignants de la commune car elle aussi ressent un sentiment « d’inconfort ».
- Une nouvelle direction de l’éducation va être nommée puisque personne n’assure la fonction actuellement. En attendant, la direction générale sera le seul interlocuteur pour toutes les questions concernant les écoles.
- Madame la maire a l’intention de mettre en place des groupes de travail pour améliorer les échanges : périscolaire en maternelle, fournitures scolaires, périmètres scolaires, ...
- Pour le périscolaire, Madame la Maire ne souhaite exclure personne en définissant une jauge. Elle nous explique qu’un travail doit être mené avec les référents, en partenariat avec les enseignants, pour responsabiliser les parents.

3ème point : l’empêchement au travail dû au périscolaire (salles de classe occupées) et à la non accessibilité des écoles hors temps scolaire (pas de clef d’entrée fournie aux enseignants).

Réponses de Madame la Maire :
- Elle entend notre préoccupation et va chercher à intégrer des structures hors école pour libérer plus de classes.
- Elle explique pour les clefs qu’il y a volonté de la mairie de limiter leur nombre et la venue hors temps scolaire des enseignants qui génèrent des problèmes (lumières non éteintes, alarme non enclenchée, fenêtres non fermées …).

Commentaire du SNUipp : Si des problèmes existent, il faut y remédier sans remettre en cause l’accès libre des enseignants à leur école, leur classe. Le préfet lui-même a demandé à ce que les enseignants aient la clef de leur école afin de pouvoir y travailler quand ils le souhaitent. Cette demande est appuyée par l’IA adjoint.

Nouvel état des lieux en novembre puisqu’au début du mois doit se mettre en place les groupes de travail et la nouvelle organisation des remplacements des Atsems.

Affaire à suivre !

 

12 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.