www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 décembre 2015

Mouvement : des changements inacceptables !

Un groupe de travail sur les règles du mouvement 2016 aura lieu ce jeudi 17 décembre. L’administration nous a donc fait parvenir le projet des futures instructions pour le prochain mouvement qui laisse apparaitre plusieurs modifications d’importance.

1- Vers la fin du mouvement complémentaire

Propositions de l’administration : une seconde phase manuelle où les enseignants restés sans poste à l’issue de la première phase informatisée devraient remplir une fiche de 29 vœux (école ou secteur), puis une fiche avec des vœux géographiques et des types de poste (élémentaire, maternelle, remplaçant, enseignement spécialisé…) ce qui permettrait à l’IA d’affecter tous les collègues d’ici fin juin. Les services de l’IA prévoient à cet effet 3 semaines de groupe de travail avec les représentants des personnels, au mois de juin, pour affecter manuellement tous les collègues sans poste. Le texte ne garantit pas que les postes vacants soient publiés.

Commentaires du SNUipp : Cette procédure ne nous semble garantir ni la transparence ni l’équité auxquelles nous sommes profondément attachés. En effet, le traitement de plus d’un millier de fiches de façon manuelle ne peut être que source d’erreurs et d’arrangements. La présence d’élus du personnel ne peut suffire à garantir l’égalité de traitement entre les collègues vu le nombre de postes et de fiches de vœux. Cela sera amplifié par la gestion des vœux par secteur qui sera extrêmement complexe. De plus, il n’y aurait plus de parution du projet de mouvement, qui permettait aux collègues de repérer des erreurs (barèmes, postes mal étiquetés…). Cela est un net recul sur le plan de la transparence de ces opérations de mutation. L’administration avance des arguments de gain de temps et d’efficacité pour nommer les collègues plus tôt. Nous pensons qu’elle se trompe car ces affectations manuelles seront forcément très chronophages et poseront de nombreux problèmes (postes fractionnés, gestion des bonifications et des priorités…) sans répondre aux réelles difficultés de gestion du département : les rythmes scolaires, la préemption des supports fractionnés par les PES et le calendrier organisé en fonction des échéances politiques. Nous avons contacté de nombreux autres départements sur ce sujet. La quasi-totalité des gros départements comme le Rhône ont toujours une seconde phase informatisée du mouvement et ceux qui sont passés à une phase manuelle témoignent d’une grande complexification des opérations et d’une surcharge de travail pour l’administration.

2- La fin à très court terme des bonifications pour les collègues revenant de congé parental.

Propositions de l’administration : Il n’y aurait plus de bonification de 400 points pour les collègues qui auraient pris un congé parental après le 1er septembre 2014. Même chose pour les collègues qui auraient enchainé plusieurs congés parentaux pour des enfants différents.

Pour le SNUipp, il n’est pas possible de changer les règles en cours de route. Les collègues ont fait le choix de partir en congé parental sous certaines conditions, notamment celle de bénéficier de 400 points pour retrouver leur poste ou un poste équivalent. Le SNUipp a toujours défendu le droit des personnels à prendre un congé parental. La bonification au mouvement pour les collègues qui perdent leur poste suite à un congé parental est une très bonne mesure qui permet aux collègues de retrouver un poste équivalent à celui qu’ils ont perdu.

3- L’extension du profilage aux postes d’animateurs TICE et aux postes fléchés langues.

Le SNUipp rappellera son opposition à ce type de nomination arbitraire qui fait reculer le travail paritaire. L’administration ne peut pas déplorer une surcharge de travail lié au traitement des opérations de mouvement et continuer à multiplier les commissions de recrutement.

4- La restriction des bonifications REP et REP+ aux enseignants en poste sur la même école.

Cette mesure exclurait les collègues à titre provisoire depuis plusieurs années en éducation prioritaire mais sur des postes fractionnés ou des écoles différentes ou encore des postes stables mais à TP comme les postes de remplaçant de PDMQDC. Encore une mesure en défaveur de la stabilité des équipes en REP et REP+ qui en manque cruellement.

Ce que le SNUipp proposera lors de ce groupe de travail :

1- Une phase principale renforcée, pour permettre au plus de collègues possible d’être affectés à titre définitif. Cela nécessite une carte scolaire connue à l’avance, une gestion anticipée des temps partiels et la fin des postes profilés.

2- L’évolution de la règle d’attribution des directions restées vacantes à l’issue de la phase principale. Ces postes ouverts à tous et non pourvus devraient pouvoir être attribués à titre définitif (ou à titre conditionnel pour les collègues faisant fonction inscrit sur la liste d’aptitude) en phase d’ajustement. Cela ne lèserait personne et permettrait aux collègues volontaires de s’installer plus durablement sur ces postes.

3- Que les personnels RASED et UPE2A qui seront touchés par la refonte des circonscriptions bénéficient d’une bonification carte scolaire sur la base des anciennes circonscriptions. Sur ce sujet, nous demandons toujours intersyndicalement, la tenue rapide d’un groupe de travail. Ce redécoupage ne peut se faire sans les élus du personnel !

 

10 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.