www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er juin 2017

Fin des PDMQDC ? Inacceptable ! Grève le 23 juin dans le Rhône

Les enseignants de l’éducation prioritaire sont un peu déboussolés en cette fin d’année. Beaucoup d’annonces mais surtout beaucoup d’incertitudes alors que le mois de juin prépare bien souvent la rentrée scolaire prochaine.

⇨ La fin des PDMQDC : tout simplement inacceptable ?

Les maîtres supplémentaires existent dans le Rhône depuis plus de 35 ans. Ce dispositif, enfin généralisé à toute l’éducation prioritaire dans notre département pour la rentrée prochaine seraient finalement purement et simplement balayé sans même attendre qu’il ait été évalué…

Sur le terrain par contre, les collègues ont bien évalué les multiples intérêts de ce dispositif qui permet le travail en petits groupes, la co-intervention dans les classes, l’échange et le travail en équipe, vraie richesse de notre métier face à la difficulté scolaire. Il permet également la prévention comme le traitement de la difficulté scolaire, les deux étant tout aussi important l’un que l’autre, à tous les niveaux de l’école primaire.

Nous demandons le développement de ce dispositif dans toutes les écoles et le nouveau gouvernement prévoit de le « redéployer » en REP+ (sur les classes de CP) et concrètement…de le supprimer partout ailleurs (REP, maternelles et écoles rurales) sans aucune contrepartie.

Sans compter les conséquences « techniques » de ce redéploiement précipité pour les collègues : le dédoublement des CP n’est prévu que pour les REP+…il est donc à craindre dès le mois de juin que les collègues nommés sur des postes de « remplaçant de maîtres supplémentaires » en maternelle, en REP et en rural soient tout simplement victimes de carte scolaire et réaffectés d’office pour un an en attendant le mouvement 2018 !

⇨ Des CP à 12 en REP+ dès la rentrée 2017, la solution à tous les problèmes ?

Évidemment qu’une baisse des effectifs est plus que souhaitable, notamment dans le Rhône qui souffre depuis de nombreuses années de conditions dégradées d’accueil des élèves. Le SNUipp-FSU 69 demande un plan de rattrapage et nous avons gagné l’amorce d’une baisse des seuils en maternelle et dans les écoles DIF.

Cependant, il serait plus que risqué de miser toute la réussite scolaire de tous les élèves sur une seule année de leur scolarité. Nous savons bien que les difficultés peuvent s’installer très tôt en maternelle si tous les moyens de préventions sont retirés du cycle 1 ; qu’elles peuvent perdurer malgré tous les efforts concentrés au cycle 2 selon les situations médicales, familiales et/ou sociales des élèves ; et bien sûr qu’elles peuvent se déclarer au cycle 3.

Il serait donc dangereux de concentrer tous les moyens sur la seule année de CP, ni même sur le CP et le CE1.

⇨ Et les RASED dans tout ça ?

Spécialistes de la grande difficulté scolaire, les RASED, en éducation prioritaire comme ailleurs, sont essentiels pour prendre en charge les élèves pour lesquels les aménagements en classe ne peuvent suffire. Après des années de suppression de ces postes, des créations ces deux dernières années ont permis de redonner à ces réseaux d’aide un minimum de moyens pour accomplir leurs missions.

Dans le Rhône, nous sommes encore en-dessous des moyens RASED d’avant 2008, sachant que la démographie du département ne cesse d’augmenter. Plus inquiétant encore, la nouvelle formation CAPPEI, qui remplace le CAPA-SH : moins d’heures de formation, la grande majorité en tronc commun « enseigner en RASED » et la disparition progressive des spécificités E et G. Si nous avons obtenu le maintien de 2 parcours distincts, sur le terrain le pire est à craindre… Dans la continuité des tendances actuelles de missions de « pôle ressource » plutôt que d’antennes implantées dans les écoles pour des prises en charges d’élèves, nous craignons que les postes d’enseignants en RASED ne soient plus clairement identifiés E ou G et que leurs missions s’éloignent progressivement des écoles.

Les revendications du SNUipp-FSU pour l’éducation prioritaire :

- 20 élèves par classe, dans toutes les classes

- La pérennisation et le développement des PDMQDC

- La reconstruction de RASED complets et suffisants en rapport avec la hausse démographique de ces zones, ainsi que la réaffirmation des spécificités E et G.

Les revendications du SNUipp-FSU pour toutes les écoles :

- Une baisse des effectifs.

- La pérennisation et le développement des PDMQDC dans tous les écoles en commençant par les écoles en DIF.

- Poursuite de la reconstruction de RASED complets et suffisants. C’est cela que les élus du SNUipp-FSU 69 défendront le 23 juin, jour du CTSD, instance qui crée et/ou supprime les postes.

Pour nous faire entendre et exiger des moyens stables et pérennes pour l’éducation prioritaire, tous en grève le vendredi 23 juin et tous au rassemblement devant l’Inspection académique à 9H.

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.