www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Interventions du SNUipp 69 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 décembre 2017

Groupe de travail du 30 novembre : des nouveautés … inacceptables sur de nombreux sujets !

De nombreux sujets ont été abordés lors de ce GT du 30 novembre. Nous avons porté à chaque fois les revendications des collègues remontées lors des enquêtes ou des RIS. Entendus sur certains sujets, nous restons inquiets concernant certaines initiatives de l’IA …et nous devrons continuer à défendre l’intérêt des enseignants.

Règles du mouvement 2018 :

⇨ Un barème qui deviendrait « indicatif »… ! L’IA a tenu absolument à ce que ce soit écrit dans les instructions pour le mouvement 2018. Il prétend que cela est obligatoire et lui permettrait de gérer certaines demandes de mutations très spécifiques. Pour le SNUipp-FSU c’est inadmissible et dangereux ! Comme pour les seuils dans les opérations de carte scolaire, les barèmes sont la garantie d’un traitement transparent et équitable des collègues. L’IA s’appuie sur la circulaire nationale où il est effectivement écrit, et ce depuis des années, que le barème ne revêt qu’un caractère indicatif. Cependant, dans le Rhône, nous avons toujours travaillé exclusivement avec le barème qui prend aussi en compte les priorités légales de mutation liées à la carte scolaire ou au handicap, et permet ainsi un traitement équitable des collègues en toute transparence.

Nous resterons vigilants lors des instances du mouvement à ce qu’aucun passe droit ne soit accordé à tel-le ou tel-le collègue qui empêcherait la mutation d’un-e autre collègue ayant un barème supérieur.

⇨ Les postes ASH…tous dans le même panier ! Avec la mise en place de la nouvelle formation CAPPEI, « l’esprit de l’enseignement spécialisé », comme aime à dire l’administration, a évolué… Plus de spécialisation par trouble, mais une entrée par « les besoins des élèves »… Oui d’accord mais un enfant autiste n’a pas réellement les mêmes besoins qu’un enfant handicapé moteur ou qu’un jeune détenu non… ? Ce nouveau CAPPEI, que le SNUipp-FSU a dénoncé lors de sa mise en place car la formation perdait en quantité et en qualité et menaçait grandement les spécialisations de chacun, va donc bouleverser le mouvement des postes en ASH, puis que chaque collègue spécialisé pourra postuler, avec la même priorité, sur tous les postes de l’ASH, indépendamment de sa spécialisation !

Nous avons vivement protesté contre ce fonctionnement qui nous semble extrêmement préjudiciable pour les collègues qui s’engagent ou se sont déjà engagés dans le spécialisé et qui ne seront plus du tout sûrs d’obtenir le type de poste pour lequel ils se sont formés. On nous répond que techniquement il sera de toute façon impossible de gérer les spécialisations qui n’apparaitront plus sur les fiches des collègues…Pour le SNUipp-FSU, la technique ne saurait être une excuse pour remettre en cause des diplômes certifiants comme le CAPA-SH ou encore le CAPPEI.

⇨ Une volonté de revenir au profilage des postes. Après avoir testé le grand bazar dans le Rhône des commissions à tout va pour choisir « le meilleur candidat pour chaque poste », nous avions obtenu un compromis moins injuste sur des postes limités (directions complètement déchargées et REP+, Conseillers pédagogiques) avec l’avis d’une commission suivi d’un classement des candidats au barème. Nous sentons bien que notre nouvel IA est favorable au système du profilage et s’il concède le statu quo cette année, rien n’est gagné pour l’avenir.

Il introduit cependant une sélection des collègues pour les postes en REP et REP+ pour « protéger le dispositif des CP et CE1 à 12 ». Le barème sera toujours de mise mais chaque collègue postulant sur un poste en éducation prioritaire sera soumis à l’avis de son IEN. Si celui-ci émet un avis défavorable, les vœux portant sur des postes à TD en éducation prioritaire seront neutralisés. Outre la lourdeur de ce dispositif, nous sommes inquiets sur la volonté de choisir les enseignants qui pourraient exercer sur des classes dédoublées. En effet l’IA reconnait que la répartition des classes est la prérogative du conseil des maîtres mais regrette de ne pas pouvoir profiler totalement les postes de CP et CE1 à 12…

Affectation des futurs PES :

L’IA veut en finir avec le système de l’amphithéâtre d’affectation qu’il juge trop anxiogène pour les PES. Ceux-ci feront donc des vœux maternelle/élémentaire et zone géographique (6 zones sur le département) et seront classés selon leur rang au concours. Il annonce également qu’il n’y aura plus 2 PES sur le même poste et que les supports de stage ne seront plus que des 50%...Cela nous parait irréalisable, car depuis des années quasiment tous les supports à 25% du département étaient réquisitionnés pour les PES. L’IA envisage donc tout simplement de bloquer une grande quantité de postes au mouvement (créations, postes vacants) pour y affecter des PES à 50% complétés par des titulaires qui seront donc sur des postes fractionnés de 2x50%. Cette solution envisagée l’année dernière est toujours la pire des solutions pour le SNUipp-FSU.

Nous savons par expérience que plus il y a de postes bloqués au mouvement, moins celui-ci fonctionne correctement. Si nous comprenons l’intérêt de permettre les meilleures conditions de stage possibles pour entrer dans ce métier complexe, il n’est pas entendable pour autant de bloquer les mutations des enseignants titulaires, la gestion des personnels s’étant déjà tellement dégradée ces dernières années suite au déficit d’enseignants dans notre département : temps partiels limités, formation continue quasi inexistante, disponibilités refusées…

Autres infos diverses :

⇨ Suite à nos revendications, l’IA maintiendra le principe d’accorder l’exeat aux collègues qui demanderont de toute façon une disponibilité en cas de non mutation.

⇨ Temps partiels : l’IA ouvre une possibilité à la marge (« cas exceptionnel dûment motivé ») d’exercer à temps partiel sur les postes classés incompatibles avec les temps partiels (remplaçants, ATICE, CPC, PEMF…). Il y a de fortes chances pour que les 80% ne soient plus autorisés que lorsqu’une association de 5x20% est possible géographiquement. Cela limiterait beaucoup le droit à temps partiel des collègues car de nombreuses associations sont réalisables si elles sont complétées par des collègues à 100% qui réalisent une période de remplacement.

⇨ Stage MIN : La priorité sera désormais donnée aux sortants de CAPPEI pour compléter leur formation, puis aux anciens CAPA-SH pour évoluer dans leur spécialisation et en dernier aux personnes en poste dans l’ordinaire souhaitant une évolution personnelle…rappelons que cette année 6 collègues seulement sont partis en stage MIN sur le département pour près de 90 candidats…Nous avons rappelé l’urgence d’augmenter le nombre de départs !

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.