www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 décembre 2019

Remplacement : le grand n’importe quoi épisode 3

Dans sa Lettre d’Information Rhodannienne, l’Inspecteur d’Académie annonce sa décision de modifier les missions des ZBF (remplaçants des collègues en REP +) pour les envoyer sur des remplacements ordinaires. L’IA continue les bricolages pour pallier au manque de remplaçants organisé par le ministère. Seul le recrutement de personnels sera une solution réelle. La demande a-t-elle été faite ?

Origines du problème

Depuis un an, le SNUipp-FSU annonce que le Rhône aurait dû bénéficier de 250 postes supplémentaires à la rentrée 2019 pour faire face aux dédoublements des classes en éducation prioritaire ainsi qu’à la hausse démographique. Au final, le ministère n’a accordé que 138 postes. L’Inspecteur d’Académie a vanté durant tout le printemps un « merveilleux et moderne » dialogue de gestion avec le ministère. A la rentrée, la réalité a été cruelle. Faute de postes supplémentaires, l’IA a dû se résoudre à fermer 95 postes de remplaçants.

Une succession de bricolages au détriment des élèves et des enseignant.e.s

- L’IA n’a pas attendu l’automne pour prendre des décisions négatives. Il a décidé de geler les postes RASED qui n’avaient pas été pourvus au mouvement, même lorsqu’il y a avait des volontaires. Selon nos pointages, plus de 20 postes sont restés ainsi vacants. Quid des élèves les plus en difficulté ?

- Puis des priorités ont été mises en œuvre de manière plus ou moins officielle. Certains collègues ne sont plus ou presque remplacés car ils ne sont pas prioritaires au vue de l’institution : classes dédoublées, maternelle, etc…

- Enfin nous venons d’apprendre la décision de l’IA d’utiliser les ZBF comme moyens de remplacement, au détriment des collègues de REP + qui n’ont plus droit à leur temps légal de concertation. L’impact est également important pour les collègues ZBF qui vont subir des modifications importantes de leur service et risquent de perdre beaucoup d’argent suite à cette décision inadaptée. Quelle est l’étape suivante ? Demander aux directions d’école de prendre les classes ? Ou aux Assistants d’Education ? Pourquoi pas aux IEN ?...

Recruter des personnels : la seule solution

Les faits sont têtus. 140 postes de remplaçants ont été supprimés en deux ans. Il faut recruter des enseignant.e.s pour pourvoir ces postes. Toute autre solution ne sera qu’un bricolage contraire à l’intérêt des élèves et des enseignant.e.s. Le SNUipp-FSU69 a écrit immédiatement à l’IA pour demander une audience au sujet de la suppression des concertations REP +. (le détail en cliquant ici). Des actions seront sans doute lancées avec d’autres syndicats. Nous vous mettons à disposition ci-dessous également une lettre écrite par les écoles de Vaulx-en-Velin refusant la fin des concertations en éducation prioritaire.

Monsieur,

Nous avons eu la surprise d’apprendre ce weekend, via les enseignants ZBF, que ceux-ci ne viendraient plus remplacer les enseignants en concertation REP+.

Nous déplorons qu’il ait fallu attendre la lettre d’information rhodanienne de ce jour pour être informés de votre décision de redéployer ces moyens sur les remplacements de congé maladie.

Cette mesure se fait au détriment des personnels enseignants du premier degré exerçant dans les écoles REP+ qui "bénéficient de la libération de 18 demi-journées par année scolaire dans leur service d’enseignement pour participer aux travaux en équipe nécessaires à l’organisation de la prise en charge des besoins particuliers des élèves qui y sont scolarisés, aux actions correspondantes ainsi qu’aux relations avec les parents d’élèves et la formation" comme le précise la circulaire n°2014-077 du 4 juin 2014.

Il paraît donc totalement inconcevable que les élèves, reconnus par l’institution comme ayant les besoins les plus forts, et leurs enseignants soient pénalisés par une décision qui contreviendrait aux directives ministérielles.

Nous vous demandons d’éclaircir au plus vite cette situation et de nous rassurer quant à la pérennité du dispositif REP+ dès la journée du mardi 3 décembre.

En vous assurant de notre attachement le plus fort au service public d’enseignement,

 

53 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU du Rhône 256 rue Francis de Pressensé 69100 Villeurbanne - 04 78 27 41 50 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.