www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Interventions du SNUipp 69 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 janvier 2020

CAPD du 7 janvier – De nombreux recours liés aux appréciations des RdV de carrière gagnés par le SNUipp-FSU69

La 2ème CAPD de l’année s’est tenue ce mardi à l’inspection académique. Celle-ci portait principalement sur les recours en CAPD liés aux appréciations finales des RdV de carrière. Le système PPCR a été une vraie avancée pour les collègues. Il a permis une augmentation des salaires de l’Education Nationale de un milliard, notamment en permettant à des milliers de collègues d’accéder à la Hors-classe. Il a aussi permis des carrières plus justes. Avant, il pouvait y avoir dix ans de différences de carrière entre les mieux notés et les moins bien notés contre deux ans aujourd’hui. Pour autant, la mise en œuvre de PPCR pose problème avec une construction des appréciations finales qui remet en cause le travail des collègues.

Une majorité des appréciations modifiée suite aux interventions des syndicats

186 recours gracieux sur 1572 rendez-vous de carrière ont été envoyés à l’IA. Celui-ci considère donc que 96% des enseignants étaient satisfaits…ce qui, pour nous, n’est pas le reflet de la réalité !! Sur ces 186 recours, 65 ont été modifiés, soit 1/3.Parmi ceux qui n’ont pas obtenu satisfaction, 67 collègues ont maintenu leur demande de changement d’avis final par un recours en CAPD. 38 collègues sur les 67 nous ont envoyé leurs dossiers que nous avons défendus en séance. Nous avons obtenu 26 changements, sur les 31 dossiers qui verront finalement leur appréciation finale revalorisée.

Pour cela nous avons étudié les dossiers de chaque collègue et prouvé à l’IA que l’appréciation finale n’était pas un reflet des différents items renseignés par l’IEN ou encore de son appréciation littérale.

De plus, comme la réforme PPCR n’impose aucun quota d’avis puisque les collègues sont ensuite départagés selon des critères définis (AGS, ancienneté dans l’échelon, âge), il nous semble important que leur appréciation soit un vrai reflet de leur travail. C’est ce que nous avions déjà défendu l’année dernière lors de la même CAPD. L’IA n’a semble-t-il pas entendu puisqu’il a continué à calibrer ses avis « excellent » sur le nombre de personnes pouvant prétendre à une accélération de carrière.

La constitution de l’appréciation finale doit être revue

Nous avons également longuement expliqué à l’IA que pour des enseignantsun avis « satisfaisant » signifiait qu’ils ne fournissaient pas assez de travail. En effet, lorsque 4 niveaux d’appréciation (A consolider / Satisfaisait / Très satisfaisant / Excellent) sont possibles, les enseignants font une moyenne et le « satisfaisant » se retrouve en dessous de la moyenne. Pour l’IA, l’interprétation est différente : « satisfaisant » signifie que le collègue répond pleinement aux attentes de l’institution, il ne comprend donc pas pourquoi les enseignants ne s’en satisfont pas. Aucune moyenne ne serait à faire.

Il nous a également été expliqué que l’avis final ne correspondait pas à une moyenne des 11 items mais à un « ranking » (traduire un « classement à la sauce néo management ») de ceux-ci. Cette méthode a été retenue académiquement dans un souci de justice et d’équité entre les collègues. Donc pas de moyenne, mais un classement, c’était donc ça !!!

Les rendez-vous de carrière ne doivent pas dégrader les conditions de travail

Les collègues ont besoin de reconnaissance, cela fait partie de l’amélioration de leurs conditions de travail. Ces dernières se détériorent d’année en année et une des possibilités de l’IA d’agir sur celles-ci est l’appréciation finale de leur RdV carrière. Notre déclaration préalable avait également été écrite en ce sens (voir la déclaration en cliquant ici).

En réponse à nos déclarations préalables concernant les risques psycho-sociaux, l’IA reconnait que les réponses de l’institution ne sont pas à la hauteur des besoins sur le terrain. C’est un premier pas mais qui ne change rien dans les classes pour les collègues !

Le service ProxiRH est une première réponse selon lui. La création d’un groupe de travail, regroupant organisations syndicales et quelques directeurs, devrait voir le jour rapidement afin d’écouter les collègues et essayer de leur apporter des réponses. On peut tout de même être sceptique puisque le service proxiRH remplace le service RH, sans moyens supplémentaires.

Directions d’école : il reste encore à faire

Suite à notre questionnement, l’IA nous indique tout d’abord que les directeurs complètement déchargés ne sont pas concernés par la journée supplémentaire de décharge donnée par le ministre, ils ne peuvent donc pas prétendre à un choix entre cette journée et 9h d’animations pédagogiques…ce que nous déplorons.Voyant notre incompréhension, il réserve sa réponse et un éventuel changement de position… à suivre.

 

45 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU du Rhône 256 rue Francis de Pressensé 69100 Villeurbanne - 04 78 27 41 50 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.