www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 février 2020

Compte-rendu du GT AESH du 4/02

Comme nous l’avions réclamé depuis le début de l’année, un Groupe de Travail s’est enfin tenu au rectorat le mardi 4 février avec à l’ordre du jour le bilan de la rentrée, la formation et la rémunération des AESH. 

Bilan de la rentrée.

Le rectorat nous a annoncé que b<>le nombre de notifications a augmenté de 18% en 2019, une croissance globalement constante depuis les cinq dernières années. Le recrutement des AESH serait quant à lui constant.

Nous passons rapidement sur le déroulé catastrophique de ce début d’année – nous avions déjà fait part de notre mécontentement lors des précédentes audiences – pour parler des nouveaux contrats. L’administration nous présente la nouvelle fiche de poste des AESH. Nous les interpellons alors sur le manque de clarté de celle-ci, à propos des heures du contrat « hors temps devant élève » (125h pour les temps partiels à 66%).

L’administration nous répond qu’en cas de problème des AESH dans leur travail, ils peuvent contacter l’administration pour poser des questions.

Nous en venons donc logiquement à un problème récurrent depuis le début de l’année : l’absence d’interlocuteur défini, qui répond aux messages envoyés par les collègues. Ainsi, tous les AESH nouvellement gérés par les lycées employeurs, créés en début d’année, n’ont souvent aucun mail de contact, ou aucune réponse lorsqu’ils écrivent. Nous demandons que des noms et des adresses claires soient communiqués aux collègues.

L’administration nous apprend que ces contacts ont été donnés aux chefs d’établissement et aux directeurs. Le problème, c’est que ceux-ci ne les donnent pas souvent aux AESH.

Quand à l’absence de réponse, le rectorat reconnaît un problème d’engorgement des services, et nous indiquent qu’il y a déjà « un travail entamé » pour « mettre en place une nouvelle organisation des services ». Mais ils nous indiquent aussi qu’ils n’ont « aucune idée de qui sera l’interlocuteur dédié » !

Le problème de la taille des PIAL est à nouveau posé, et nous indiquons notre inquiétude concernant l’affectation des AESH sur des établissements différents parfois éloignés dans un même PIAL. Sur l’affectation des collègues, l’administration nous dit que des consignes ont été données aux coordinateurs de PIAL d’être « attentifs » à la situation personnelle des collègues, mais aucune garantie ne nous est donnée. Nous rappelons que les mêmes consignes ont été données pour la gestion des enseignants (remplaçants) et que cela n’empêche pas les affectations hors zone, sur des établissements éloignés. Nous demandons des règles écrites. Le rectorat nous dit que ça n’est pas possible, car trop de situations différentes sont à prendre en compte, ce dont nous doutons.

Tout au long de ce groupe de travail, comme justification aux problèmes et tâtonnements rencontrés, l’administration nous explique qu’ils sont « en expérimentation » cette année, qu’ils mettent en place progressivement l’école inclusive.

Formation

Une proposition d’évolution de la formation nous est proposée :

- une formation initiale réactualisée
- 2 journées de formations continues dans l’année, proposée à tous les AESH, sur candidature individuelle, ou par formation institutionnelle
- rappel de la possibilité de participer aux formations du PAF qui sont ouvertes aux AESH (journées académiques)
- une formation d’accompagnement à la certification du DEAES : avec possibilité d’utiliser la VAE

Selon l’administration, il reste encore des points à travailler, comme l’accompagnement au DEAES, la conception d’un outil de suivi des compétences et des formations pour chaque AESH.

Nous intervenons concernant l’organisation des formations et demandons :

- que ces formations se fassent sur temps de travail, et pas en-dehors
- que la formation initiale ait lieu le plus tôt possible
- que les AESH soient directement informés des formations car le chef d’établissement, peut ne pas transmettre l’information, particulièrement dans le secondaire, où les AESH ne sont pas forcément invitées aux FIL organisées dans les établissements.

L’administration nous assure qu’elle va leur rappeler que les AESH peuvent participer à ces formations.

Rémunération

Nous demandons l’application de la circulaire de juin 2019, avec la grille proposée en annexe, et une revalorisation au bout de la première année, puis tous les trois ans.

Le rectorat propose de revaloriser les collègues tous les trois ans uniquement, en augmentant de 6 points d’indice à chaque niveau. Tous les représentants syndicaux insistent sur la revalorisation au bout de la première année, qui est à nos yeux, une véritable condition de professionnalisation du métier, surtout pour des personnels déjà précaires qui exercent parfois plusieurs métiers.

A cause de la mise en place de la « grande région académique », qui regroupe les académies de Lyon, Clermont et Grenoble, l’administration nous répond qu’elle doit créer ce cadre de rémunération en s’harmonisant avec les autres académies, mais qu’elle a « entendu nos propositions ».

Nous demandons que cette revalorisation soit rétroactive pour tous les AESH embauchés avant même 2019, en reprenant leur ancienneté.

Le groupe de travail se termine par la proposition qu’un autre se tienne avant la fin de l’année scolaire, lorsque le rectorat aura des propositions plus précises à nous donner, et avant le CTA de juin où seront discutées et éventuellement actées ces décisions.

Au final, au bout de 5 mois de « gestion de crise » suite à l’arrivée des nouveaux contrats, l’administration ne nous propose toujours pas d’interlocuteur RH clair pour les AESH, la proposition de formation en est à ses balbutiements, et le travail sur la revalorisation commence à peine. L’administration donne l’impression d’avoir à peine entâmé ces réflexions : un beau départ pour qui répète à tout bout de champ que l’école inclusive est un enjeu important qui nécessite des moyens…

Pour toutes ces raisons, rien n’est gagné, alors restons vigilants et mobilisés, pour que nous continuions à améliorer nos conditions de travail et nos rémunérations !

 

40 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU du Rhône 256 rue Francis de Pressensé 69100 Villeurbanne - 04 78 27 41 50 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.