www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Ecole 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er février 2011

"Plan sciences" Rien de nouveau sous le soleil

Apprentissage des tables, calcul mental et réhabilitation de la démarche expérimentale sont au programme du "plan sciences" que le ministre de l’éducation nationale s’apprête à rendre public aujourd’hui. Un plan qui "réinvente l’eau tiède" selon le SNUipp.

Luc Chatel, lui-même expert en soustraction des postes et multiplication des primes, déplore dans un entretien accordé au Journal du dimanche du samedi 29 janvier, le faible niveau des écoliers français en calcul. Il en profite pour brosser les contours d’un plan destiné à améliorer leur niveau en mathématiques et en sciences, plan dont on connaîtra d’avantage de détails aujourd’hui. Il s’agira selon lui, de lutter contre une forme d’ “innumérisme, c’est à dire l’incapacité à réaliser les calculs de la vie courante” dont seraient victimes les élèves des écoles primaires. “Il faut s’assurer que tous les automatismes sont bien en place par un entraînement quotidien aux calculs élémentaires” préconise-t-il. Et de mettre en avant, récitation des tables de multiplication et pratique quotidienne du calcul mental, à raison de quinze à vingt minutes par jour. Pour le SNUipp, voilà des annonces qui "recyclent des lapalissades". Car, s’ il est évident que la pratique du calcul mental, la mémorisation et l’utilisation des tables d’addition et de multiplication participent à faire acquérir aux élèves des automatismes en matière de calcul, ce qui est présenté par le ministre comme "des nouveautés" sont des points déjà présents au programme de l’école primaire. Tous les parents le savent très bien. Ces activités sont pratiquées régulièrement dans les classes car les enseignants en connaissent l’importance. Ils constatent aussi que la lutte contre les difficultés mathématiques ne se résume pas à ânonner « par cœur ».

La main à la pâte remise à l’honneur ?

Pour ce qui est de l’enseignement des sciences, la démarche expérimentale semble paradoxalement remise au goût du jour. Retour en grâce de “La main à la pâte” initiée par le regretté Georges Charpak ? Le ministre invite en effet au “déploiement d’un enseignement basé sur l’expérimentation et l’investigation, qui motive les élèves.” On ne peut que s’en féliciter ! Mais les programmes de 2008, leur conception mécaniste des apprentissages et leur lourdeur, permettent-ils vraiment de prendre ce temps de la recherche, de l’observation et de la réflexion ? Et quid des documents d’accompagnement du dispositif, retirés des ressources mises à la disposition des enseignant-e-s des écoles par le ministère. Documents qu’on peut toujours par contre, consulter sur le site internet du SNUipp. Lequel SNUipp a demandé récemment leur rediffusion au ministère, demande réitérée après l’hommage de Luc Chatel à Georges Charpak... Par ailleurs, et parce que rue de Grenelle, on n’est jamais en retard d’une idée novatrice, un partenariat avec la fédération française du jeu d’échecs est aussi annoncé. Il est vrai que “cette pratique développe le raisonnement logique et peut aider par ce biais ludique les élèves qui éprouvent des difficultés scolaires.” précise le ministre...Gary Kasparov n’a qu’à bien se tenir !

Un volet formation

Ces quelques dispositions s’accompagnent, comme à l’accoutumée, d’annonces de plans de formation tous azimuts. “A la rentrée prochaine, nous allons mettre en place des modules de formation aux sciences pour les professeurs stagiaires dans tous les départements.” indique benoîtement Luc Chatel. Des modules seraient également, croit-on savoir, inscrits dans les plans de formation continue. Aux inspecteurs d’académie, sans doute, de trouver les moyens et les postes pour une mise en œuvre effective. D’autant que dans chaque département, et pour faire avancer toutes ces mesures, doivent aussi être missionnés un inspecteur de l’éducation nationale pour les mathématiques et un autre pour les sciences. Décidément, la communication et la diversion restent à l’ordre du jour, à deux semaines d’un mouvement de grève destiné à porter de toutes autres propositions pour l’avenir de l’école.

 

10 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.