www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Ecole 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 février 2011

Saint-Priest se forme en réseaux

Et si l’éducation prioritaire avait besoin d’innovation en terme de formations ? Sur les deux réseaux de réussite scolaire de Saint-Priest dans le Rhône une action de formation recherche s’est mise en place avec le centre Michel Delay.

Ces 6 écoles et les 2 collèges des Réseaux de réussite scolaire (RRS) Colette et Gérard Philippe de Saint-Priest dans le Rhône se sont lancés dans une réflexion sur « la conscience des apprentissages ». A l’origine de cette problématique, le constat qu’il existe un déphasage plus fréquent dans les familles populaires entre la culture familiale et la culture scolaire. Comment faire alors pour que les pratiques d’enseignement permettent aux élèves de prendre conscience de leurs apprentissages pendant qu’ils accomplissent les tâches demandées ? Une question professionnelle qui se pose de la PS à la 3ème et qui donne tout son sens à la notion de réseau. « Depuis longtemps, il existe sur les deux RRS des projets qui associent les différentes écoles ou les CM2 et le collège, raconte Stéphane Kus, le coordonnateur des deux RRS, mais c’est la première fois qu’on initie une réflexion collective inter-degré sur la pédagogie ». Pour ce faire, les équipes de circonscription et de réseaux se sont associées au centre académique Michel Delay (centre de formation et de ressources pour l’éducation prioritaire de l’académie).

Un dispositif académique

Les écoles et les collèges de Saint-Priest ne sont pas les seuls à profiter de ces actions. Ce centre intervient dans 17 réseaux RRS ou RAR de l’académie avec, chaque fois, une problématique différente mais qui s’intègre dans la thématique de « la différenciation pédagogique » définie au niveau académique. Les réseaux concernés sont ceux dans lesquels les équipes de circonscriptions acceptent un pilotage non pas contraint mais participatif. De conférences en visite de classes

Ainsi, à Saint-Priest, une série d’actions se sont mises en place depuis trois ans, conjuguant conférences, animations pédagogiques, stages de réseaux mais aussi des journées ressources qui font l’originalité de ce protocole. Durant cette journée, les formateurs, l’équipe de circonscription, le coordonnateur se rendent disponibles, soit pour aller dans la classe ou le cours des enseignants volontaires, soit pour échanger autour de dispositifs et d’outils en vue de favoriser la prise de conscience des apprentissages. Marc Prouchet, un des formateurs du Centre Michel Delay l’appelle une journée « recueil de données » car l’action se situe bien dans le domaine de la recherche universitaire. « Nous observons la problématique choisie dans le quotidien de l’enseignant. Il ne s’agit ni d’apporter des réponses toutes faites ni de sanctionner mais bien d’explorer avec lui une dimension de son travail » décrit-il. « Notre rôle est celui de passeurs. En formation, nous apportons des outils théoriques métaphorisés pour permettre aux enseignants de s’approprier la réflexion » poursuit-il. Car l’idée générale c’est bien de passer de compétences « en actes », les intuitions du quotidien, à des compétences réfléchies.

Une culture commune

« L’équipe d’école a des réticences quant aux demandes de l’institution depuis les mobilisations de l’année 2008 » témoigne un directeur. La première année, la mise en route s’est donc avérée difficile, du fait du contexte (mise en place de l’aide personnalisée, arrivée des nouveaux programmes…) mais du fait aussi du temps nécessaire aux enseignants pour s’approprier la problématique. L’année suivante « l’action a décollé » peut-on lire dans un bilan « les collègues qui ont ouvert leur classe pendant les journées ressources sont devenus des moteurs et ont animé les ateliers de la 2ème animation pédagogique. ». Cette irrigation et cette diffusion des réflexions ont permis aux enseignants mais aussi aux équipes de réseaux de se construire une culture et des outils communs. L’équipe de la maternelle Jules Ferry a réalisé des outils de référence pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture et l’apprentissage numérique. Le groupe CE2/CM1 a travaillé sur la dictée coopérative « pour faire prendre conscience aux élèves que l’apprentissage de l’orthographe est à « réfléchir », doit se « se réfléchir » »… Cette année un travail s’engage sur le travail après la classe du cycle 2, au collège. Une cohérence qui, au final, devrait bénéficier aux élèves. C’est le pari de cette formation.

 

145 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.