www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Ecole 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
17 mai 2011

Comment enrayer la diminution des classes de découverte ?

L’Association nationale des maires des stations de montagne a réuni l’ensemble des partenaires concernés par les classes de découverte afin d’enrayer leur diminution : la baisse du nombre de séjours, de leur durée, de leur éloignement a des répercussions sur l’ensemble des acteurs économiques... et sur les élèves !

L’Association nationale des maires des stations de montagne, soucieuse de donner une nouvelle impulsion aux classes de neige, a entamé une série de travaux et de rencontres et a progressivement élargi sa réflexion à l’ensemble des classes de découverte. En effet l’ensemble des acteurs qu’elle a contactés ont exprimé des préoccupations identiques. Classes de mer, classes vertes, classes rousses, classes de neige, classes « nature » ou classes de ville... tous les types de sorties longues avec nuitées sont touchés.

Une baisse importante

La diminution est importante. Déjà mesurée en 2004 par Béatrice Pavy dans son rapport pour l’Assemblée nationale, elle est de 16,33% depuis 2007 pour l’ensemble des départs (12% de journées en moins) et peut, sur certaines zones de montagne aller jusqu’à 30%, voire 40%. Les conséquences en sont aisément imaginables en termes économiques et sociaux.

Autour de la table

Pour le coup, et en prenant en compte les villes émettrices et les réceptrices peu de communes ne sont pas concernées : maires des grandes villes, des moyennes, des petites, des stations de montagne, des communes touristiques, élus de la montagne. Les professionnels de la montagne avec les organismes en charge du tourisme, de l’hébergement, des installations (station de ski), des différents métiers, comme les « facilitateurs »que sont la Ligue de l’enseignement, la JPA, les Chèques vacances, tous mettent en avant le préalable absolu que constitue la possibilité de convaincre enseignants et parents.

Des freins au départ

Les freins au départ ont été détaillés afin de trouver des possibilités d’actions. Le coût est de loin la barrière la plus importante, avec une moyenne de 200 à 300€ par semaine et par enfants, hors transport. La baisse des possibilités de financement des collectivités et des familles accroît cette difficulté. Les axes à travailler concernent donc les transports, les matériels et équipements, les animations et activités, la restauration, l’hébergement. Les difficultés administratives constituent un autre des freins à l’engagement des enseignants : les circulaires de 1999 et 2005 ne sont que partiellement appliquées, les procédures sont lourdes et la charge administrative importante, les académies pouvant de surcroît avoir des politiques restrictives. Il n’existe aucune valorisation du départ en classe de découverte pour les enseignants. Ces derniers mettent en avant le temps passé à l’organisation du séjour, du projet pédagogique, dans la recherche du financement, dans l’effort de convaincre parents et administration. Enfin la sécurité des élèves et la responsabilité de l’enseignant est un frein particulièrement important en particulier après la médiatisation de certains accidents et la difficulté de financement de personnel accompagnant.

Des propositions

Sur la plupart de ces points il est possible de faire des propositions : création d’un référent classes de découverte au ministère de l’éducation nationale et d’un ambassadeur local dans les communes émettrices et réceptrices, inscription des classes de découverte dans le cursus de chaque élève, informer, mettre à disposition des outils pédagogiques, simplifier, obtenir des tarifs à la SNCF... Un protocole sera expérimenté avec des communes déjà volontaires. Pour formaliser et rendre publiques ces propositions et pour obtenir des engagements du MEN, l’Association nationale des maires de stations de montagne s’est adressée à Luc Chatel, qu’elle rencontrera ce mois.

Et pourtant, que de bénéfices pour les élèves !

Et pourtant les bénéfices du départ en classes de découverte ne sont plus à énumérer. En premier lieu pour les 3 millions d’enfants qui ne partent pas en vacances : au sens de l’INSEE ils ne passent pas 4 jours en dehors de chez eux en une année. S’ouvrir sur le monde et découvrir d’autres environnements géographiques et culturels, apprendre autrement avec une pédagogie active et transdisciplinaire, vivre ensemble en ayant quitté son milieu familial et expérimenter l’autonomie, la classe de découverte est un moyen de donner à tous les élèves l’occasion de ces enrichissements.


La circulaire de 2005 au BO n° du 5 janvier 2005 : Séjours scolaires courts et classes de découvertes dans le premier degré

Le rapport de Béatrice Pavy sur les classes de découverte, 2004

Les classes de découverte sur le site de la JPA

Le « Spécial Classes de découverte » de la JPA

 

11 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.