www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
26 mai 2011

Échec scolaire : le dérapage très contrôlé du ministre de l’Intérieur

Claude Guéant stigmatise le parcours scolaire des enfants issus de l’immigration puis s’étonne des réactions de la communauté éducative. Pour le SNUipp qui s’insurge contre ses propos, ce sont bien les inégalités scolaires, fruits des inégalités sociales, qu’il est urgent de combattre.

Claude Guéant, tout occupé qu’il est à démonter puis remonter les panneaux indicateurs de radars, franchit la ligne jaune et sort de la route en stigmatisant le parcours scolaire des enfants issus de l’immigration. Le SNUipp juge ses propos indignes et rappelle l’exigence d’une politique éducative de la réussite pour tous. C’est sur l’antenne d’ Europe 1 que le ministre de l’Intérieur déclarait dimanche 22 mai que « les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés ». La colère le dispute à la consternation, de voir ce ministre convoquer les travaux de l’OCDE ou du Haut Conseil à l’intégration à l’appui de ses affirmations fantaisistes. Car on serait bien en peine d’en trouver la moindre confirmation dans le rapport du HCI consacré aux défis de l’intégration scolaire. Quant aux résultats de l’enquête “PISA”, ils montrent avant tout que la France peine à réduire des inégalités scolaires qui sont, d’abord, le produit d’inégalités sociales. Et c’est bien là, que le bât blesse, n’en déplaise aux pêcheurs de voix en eaux troubles. Ces résultats signent l’échec d’une politique éducative incapable de réduire les inégalités.

Une autre politique éducative

Le ministre de l’Intérieur peut bien s’étonner ensuite du tollé suscité par ses déclarations et souligner qu’elles sont «  tout le contraire d’une stigmatisation » il n’est, en tout état de cause, en rien qualifié pour traiter des difficultés de l’École. Les enseignants, qui eux n’ont pas d’avis très arrêté sur l’accidentologie routière, mesurent par contre fort bien les dégâts que peut par exemple causer l’“assouplissement” de la sectorisation scolaire. Pour la vivre au quotidien dans leurs classes, notamment dans les ZEP, ils savent la difficulté qu’il y a à combattre l’échec scolaire quand on supprime les postes de Rased, la formation continue et les classes de deux ans. Ils ne se résignent pourtant pas à cette situation et accueillent chaque enfant, quelles que soient ses origines, avec la même volonté de le faire réussir. Le SNUipp attend du gouvernement qu’il montre la même détermination à construire une société du vivre ensemble et du réussir ensemble.

Lire :
- le communiqué du SNUipp-FSU
- Une analyse des résultats de l’enquête PISA

 

24 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.