www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 janvier 2022

Rentrée sous COVID : à nous de gérer l’ingérable ! Le SNUipp-FSU 69 vous aide

M. Blanquer a dit sur LCI lundi qu’il « serait bien que les sujets polémiques aillent sur un autre terrain » que celui de la gestion de l’épidémie. Encore faudrait-il pour cela que les enseignant.es aient le sentiment d’être protégés et un minimum respectés.

Le SNUipp-FSU 69 vous aide

Sur notre département, le SNUipp-FSU 69 vous accompagne au mieux durant cette période complexe, et vous propose des outils afin de vous aider à gérer les cas qui se présenteront à vous de la manière la plus simple possible, remis à jour en fonction des évolutions du protocole sanitaire.

PDF - 110.6 ko
Covid_a_l_ecole_que_faire

Pour vous aider également : La FAQ du SNUipp-FSU mise à jour régulièrement : https://covid-19.snuipp.fr/

PNG - 137.4 ko
Isolement adultes
PNG - 107.6 ko
Isolement enfants

Historique du protocole de janvier...

S’exprimer à 16h la veille de la rentrée dans un article du Parisien dont l’accès est payant, botter en touche sur les masques FFP2, parler d’autotests gratuits en pharmacie pour les enfants cas contacts alors que beaucoup n’en ont plus en stock, etc. Cela renforce surtout le sentiment que le personnel sur le terrain devra de toutes façons au quotidien se débrouiller comme il peut et gérer une situation ingérable.

Certains nous signalent déjà des pressions d’inspecteurs pour que les enfants de classes fermées soient quand même répartis dans d’autres classes… Les directions sont encore une fois en première ligne.

Une conséquence de cette « politique de la dernière minute » parmi tant d’autres : Des enseignant.es de maternelle REP+ devaient avoir une semaine de concertation à la rentrée. Ça faisait deux ans que les concertations n’avaient pas eu lieu alors que c’est un droit ! Les collègues reçoivent pendant les vacances des messages de leur remplaçant. Ils préparent le remplacement en communiquant toutes les informations nécessaires à la prise en main de la classe … Dimanche, aucune information sur une possible annulation et lundi matin, toujours rien : les remplaçant.es prennent donc les classes en charge… mais sont appelé.es à 9h00, 10h00 de façon pressante par les secrétaires de leur circonscription de rattachement ou le bureau des remplaçants. Ils sont sommés de quitter la classe immédiatement pour aller faire des remplacements ailleurs !

N’était-il pas possible de laisser les remplaçant.es finir la demi-journée voire la journée ? Quel mépris pour les personnels des classes concernés, pour les collègues remplaçants (quid des indemnités ??) et le travail engagé auprès des élèves.

N’était-il pas possible d’anticiper la situation ?

Le ministre « ne nie pas que le mois de janvier peut être un peu tendu ». Un peu ?? Vu le nombre de mails arrivés à la section départementale du SNUipp-FSU 69 pour demander une grève, il a clairement réussi à tendre davantage les enseignant.es.

Nouveau protocole : vous reprendrez bien un peu de mépris ?

On pouvait s’y attendre et il ne nous a pas déçus ! Comme à chaque nouvelle vague, notre ministre a su faire preuve de créativité. Cette fois-ci double dose de mépris pour les personnels : 

Première dose : un protocole paru en deux fois avec une première modification le 31 décembre à 17h45 et surtout une version définitive donnée en avant-première à un journal privé payant avant d’être finalement transmise aux personnes concernées le dimanche soir à quelques heures de la rentrée.

Deuxième dose : un protocole encore plus fantôme que le précédent, qui ne protège personne, ni les élèves et leurs familles, ni les personnels.

Malgré un taux d’incidence dépassant les 3000 pour 100000 dans certains départements (alors que le seuil d’alerte est à 250), le protocole reste au niveau 3. Mieux encore, les règles concernant les cas contacts et positifs sont allégées ! Par exemple, un enfant dont un parent est positif au COVID peut désormais retourner en classe immédiatement avec un test négatif et y rester, à condition de produire une attestation sur l’honneur d’être toujours négatif à J2 et à J4. Mais notre ministre, très incohérent face à la gravité de la situation sanitaire, n’a aucun scrupule à supprimer également les tests suivants ! Plus question de test au bout de 7, 10 ou 17 jours. L’enfant sera considéré comme définitivement "sain" alors même que son parent est toujours isolé car considéré comme contagieux ! Il y aurait tellement à dire sur la forme et sur le fond de ce nouveau protocole et de la communication mensongère d’un Jean-Michel Blanquer faisant chaque jour un peu plus la preuve de son incompétence et de son mépris : les soi-disant 160 millions de masques chirurgicaux distribués, le recrutement de milliers de vacataires et retraités pour assurer les remplacements, l’emploi volontaire et dégradant du terme "absentéisme", ...

Au niveau national, le SNUipp-FSU a lancé une alerte sociale pour permettre aux personnels de se mobiliser, y compris par la grève, selon l’évolution de la situation sur le terrain.

 

72 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU du Rhône 256 rue Francis de Pressensé 69100 Villeurbanne - 04 78 27 41 50 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.