www.snuipp.fr

Section du Rhône du SNUipp - FSU

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 janvier 2018

7 ème Université de Printemps - Inscription ouverte pour les syndiqué-e-s

Au SNUipp-FSU, nous défendons un syndicalisme de propositions et de transformations, porteur d’un projet ambitieux pour l’école. La recherche, la réflexion et le débat sont au cœur de nos préoccupations.

C’est pourquoi, les 29 et 30 mars prochains, nous organisons cette Université de Printemps régionale.

Calendrier des inscriptions :

- Immédiatement pour les syndiqué-e-s

- A partir du 22/01, selon les places disponibles, pour les non syndiqué-e-s.

A chaque édition, le nombre de participants ne cesse d’augmenter et nous nous en félicitons ! La capacité de la salle étant limitée, nous priorisons les inscriptions pour nos syndiqués.

L’administration n’autorisant que 50% des enseignants d’une école à s’absenter en même temps, nous ouvrirons d’abord les inscriptions aux syndiqués afin de privilégier leur participation. Nous avons en effet demandé à l’IA de traiter les demandes d’autorisation d’absence par ordre d’arrivée. Nous vous conseillons donc de faire vos démarches le plus tôt possible.

Deux jours pour prendre du recul par rapport à l’exercice de son métier, pour écouter l’analyse de spécialistes, de militants et surtout pour échanger entre collègues.

Ce temps nous en avons besoin, pour une nécessaire mise à distance de notre métier, ce temps est un droit (12 journées de stage syndical par an) que vous soyez syndiqués ou non.

Au programme cette année :

Jeudi 29 mars Vendredi 30 mars
9h-12h : Dominique BUCHETON
Repenser le métier : une urgence pour faire réussir tous les élèves
9h-12h : Maryse REBIERE
Apprendre à comprendre dès l’école maternelle.
13h30-16h30 : Michel MANTE
Gérer l’hétérogénéité des élèves
13h30-16h30 : Caroline VELTCHEFF
Améliorer le climat scolaire : une citoyenneté en acte.

Inscriptions à la carte : 1, 2, 3 ou 4…choisissez les demi-journées qui vous intéressent !

Programme détaillé ci-dessous

Jeudi 29 mars de 9h à 12h avec Dominique BUCHETON - Repenser le métier : une urgence pour faire réussir tous les élèves

En 2040, tout élève de sept ans entrant aujourd’hui dans le système scolaire en aura trente. Dans quel monde vivra-t-il ? Sera-t-il capable de comprendre ce qui s’y joue, de trouver sa place, de s’adapter aux mutations sociétales, politiques, technologiques et idéologiques ? Ou en sera-t-il une des victimes ? Quelle est la part de la responsabilité de l’école ? Oui, il y a urgence à penser des transformations profondes de nos systèmes scolaires pour faire de nos élèves les citoyens de demain. Aujourd’hui, il ne peut plus être question de former une petite élite et une masse de simples exécutants dont les compétences vont se périmer très rapidement. Les formes scolaires traditionnelles, les conceptions ou certitudes qui les sous-tendent ne fonctionnent plus. Tous capables ! avouons-le, nous n’y croyons pas vraiment… Nous les avons pourtant fait répéter, entrainer, redoubler. Nous avons ajouté des heures de soutien. Sans résultats durables ! Nous mettons tant d’énergie et de cœur à aider ces élèves en difficulté, à essayer de les calmer, de les contrôler, de leur faire accepter les règles et les exercices de l’école. Et pourtant ça ne marche pas !

Alors il nous faut ensemble repenser le métier Nous devons apprendre à nous adapter aux élèves dans leur très grande hétérogénéité sociale, culturelle et langagière ; interroger les dispositifs, les tâches efficientes qui font avancer tous les élèves ; être vigilants sur les dispositifs d’évaluation qui classent, trop tôt, les élèves en catégories, qui deviennent très vite pour certains des stigmates rédhibitoires. Nous devons apprendre à comprendre mieux ce qui se passe dans le microcosme de la classe : les effets de nos gestes et postures d’enseignement sur les élèves. Apprendre aussi à mieux les écouter, comprendre leur culture, leurs modes de pensée. Comprendre la manière dont ils interprètent les attentes de l’école, lever les malentendus qui les empêchent d’apprendre malgré tous nos efforts. La conférence abordera l’ensemble de ces questions en s’appuyant sur des recherches mais aussi sur de nombreuses pratiques de classe et vidéos.

Jeudi 29 mars de 13h30 à 16h30 avec Michel MANTE – Gérer l’hétérogénéité des élèves

Les différences entre les élèves d’une même classe sont très nombreuses :
- différences culturelles et sociologiques,
- différences cognitives (ils n’ont pas tous les mêmes connaissances déjà acquises, les mêmes façons d’apprendre, la même vitesse d’acquisition des connaissances nouvelles, la même forme d’intelligence, …)
- différences psychologiques (motivation, rapport à l’erreur, représentation d’eux-mêmes comme apprenant de telle ou telle discipline, …)
- différences biologiques (âge, sexe, …)

Certaines de ces différences peuvent être une richesse mais reconnaissons que beaucoup d’entre elles sont source de difficulté.

Nous aborderons un certain nombre de ces différences :
- différence de motivation
- différence du rapport au savoir
- différences repérables à chaque étape de ce que l’on appelle le processus d’enseignement d’une notion : phase d’acquisition des prérequis, phase de découverte, phase d’institutionnalisation, phase d’entrainement, phase de réinvestissement.

Après avoir analysé ces différences, nous identifierons les écueils à éviter et nous proposerons des pistes concrètes à mettre en place dans les classes pour mieux les gérer.

Vendredi 30 mars de 9h à 12h avec Maryse REBIERE – Apprendre à comprendre dès l’école maternelle

« Apprendre à comprendre dès l’école maternelle », c’est d’abord « apprendre l’école », comprendre ce qui s’y passe, accepter la collectivité, de nouveaux adultes qui imposent des règles nouvelles. Toutes les pratiques scolaires sont incongrues pour un jeune enfant qui entre en PS ou qui n’a pas été scolarisé auparavant. L’essentiel de l’école maternelle réside dans cette expression « apprendre à comprendre »...ce qu’est l’école, ce que signifient les activités, quel est leur but dans la société, mais aussi le langage. L’entrée dans l’écrit, qui est la grande affaire de l’école, s’articule à cet univers préalablement construit, que ce soit au niveau du sens porté entre autres par les albums ou à celui de la technique d’encodage. Le langage joue un rôle primordial dans l’appropriation par l’enfant des codes de l’école, c’est l’outil principal de communication et de scolarisation et le ciment du groupe classe. Le langage construit aussi les usages spécifiques de la langue selon les disciplines. C’est un pas fait en direction des langages disciplinaires pour faire des sciences, de l’histoire....

Vendredi 30 mars de 13h30 à 16h30 avec Caroline VELTCHEFF – Améliorer le climat scolaire : une citoyenneté en acte

Comment modifier le rapport des enfants et des familles à l’école et y développer une relation de sympathie ? Comment créer un rapport à la fois heureux et détendu par rapport aux apprentissages absolument nécessaire quand on veut lutter contre les déterminismes sociaux ? C’est au quotidien par des petits gestes, par la prise en compte de la parole des élèves et de leur désir d’apprendre et de découvrir que l’on peut réussir à transformer l’école en un lieu où il fait bon vivre.

Pour s’inscrire, 2 démarches à faire :

1 - Inscrivez-vous en ligne auprès du SNUipp-FSU du Rhône en indiquant à quelles conférences vous souhaitez participer : je clique ici.

2 - Prévenez l’IA-DASEN via votre IEN au moins un mois à l’avance, soit avant le 28 février 2018. Cette autorisation d’absence est de droit. Un justificatif de présence vous sera remis pour chaque demi-journée. Ci-joint, la convocation à joindre à la demande d’autorisation d’absence et un modèle de lettre aux parents.

Word - 64.5 ko
Convocation
Word - 26.5 ko
Modèle de lettre aux parents

 

18 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp du Rhône 12 rue de la Tourette 69001 Lyon - 04 78 27 41 50 - Fax 04 78 30 06 62 - snu69@snuipp.fr
©Copyright 2006 - Section du Rhône du SNUipp - FSU, tous droits réservés.